Au fur et à mesure que ma vie s’effeuille, sur la feuille, j’écris ma vie

LE PAYS DE GREENWICH
11 juillet, 2009, 12:11
Classé dans : Non classé

Je l’appelle le pays de Greenwich,
J’y reviens parfois en me souvenant,
Au gré de ma mémoire en friche,
Mais c’est vrai, ça fait longtemps.

C’était le temps des bêtises journalières,
Où j’avais le diable dans le ventre,
Mais n’étais pas tout à fait un cancre,
Simplement un élève peut mieux faire.

Aujourd’hui, je suis trop vieux,
Pour les marchands de sable,
Je ne crois plus au diable,
Même si je le tire par la queue.

Au pays de Greenwich,
J’y reviens de temps en temps,
En ce temps là, j’étais plus riche,
Et ne le serai jamais plus autant.

 


7 commentaires
Laisser un commentaire

  1. Francis02

    j’aime bien ce texte vraiment
    amicalement
    francis

  2. Hélène

    J’ai choisi ce poème parce que je ne connais pas cette ville, je suis allée sur google et j’ai visité grace à toi, merci Thierry, je te souhaite un bon dimanche, bises Hélène

  3. thierrycouprai

    Bonjour Hélène, j’espère que tu vas bien. Je reviens sur ton commentaire.
    Comme tu as pu le lire sur google c’est à Greenwich (que je n’ai jamais visité) que passe le méridien d’origine. J’ai voulu faire un parallèle entre le pays d’origine Greenwich et notre origine qui est l’enfance. Pour moi dans le texte, le pays de GreeNwich, c’est le pays de l’enfance. C’est un peu osé je sais. Je souhaite également un bon dimanche .A bientôt .Thierry

  4. Lucaerne

    Joli texte sur l’enfance. J’aime beaucoup la façon dont il se finit :
    “En ce temps là, j’étais plus riche,
    Et ne le serai jamais plus autant.”

  5. sylviemc

    Bonjour Thierry, magnifique texte encore une fois….Cependant, je suis pas d’accord avec toi sur une phrase: »en ce temps là j’étais plus riche, et ne le serai jamais plus autant ».
    Je crois au contraire que tu détiens une grande richesse, donnée à peu de gens, celle de faire parler les mots, de mettre une couleur à une émotion, de nous toucher le coeur.
    Bravo.

    Dernière publication sur SylvieMC. Mes dessins, mes rêves, mon univers : " Ce qui est là pour toi, la rivière ne l'emporte pas." Proverbe créole

  6. Thierry Couprai

    Merci Sylvie pour ce beau commentaire.
    Tu fais un portrait de moi très flatteur,et je pense que ton coeur a été touché par mes mots. Tu me fais très plaisir
    Quand j’écrivais, mon but n’était pas de chercher à émouvoir. Je voulais juste extraire mon émotion. J’ai souvent connu l’échec, car écrire c’est faire le bon mélange entre trouver les mots justes, les phrases et la manière.Parfois c’est facile, tout vient tout seul quand ça fait trop mal à l’intèrieur.Parfois, c’est l’échec, quand je me relis, j’ai toujours aussi mal. Cela veut dire que mon émotion est restée ancrée en moi.

    En ce qui concerne la phrase: »en ce temps là j’étais plus riche, et ne le serai jamais plus autant”, j’ai voulu dire qu’en ce temps là, j’étais habité par l’insouciance que j’ai perdu au fil des années. C’est pour cette raison, que je me sentais plus riche à l’époque. Avec l’insouciance, tout peut paraître plus facile.C’est inestimable.
    Thierry

  7. vrl

    Coucou Thierry,

    Je me souviens bien du pays de Greenwich…….
    C’est un beau texte.
    Alors vous avez vu Mathilde, elle vous a expliqué un peu, remarque, il n’y a pas grand chose à expliquer car elle même ne sait pas pourquoi elle est mal, elle dit que tout va bien pour elle, c’est bizarre, ce n’est pas dans son tempérament, qu’en penses-tu ?
    On part demain vers 14 heures à Charleville, on est invité chez Odile samedi soir, Mathilde et Kévin seront là.
    Gros bisous à tous les 2
    VERO



Laisser un commentaire

poésie c'est de l'art ,prov... |
athkanna philosophie |
lechatquifume |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | aaronjosu
| lectures, actualités et photos
| Auberge-Atelier