Au fur et à mesure que ma vie s’effeuille, sur la feuille, j’écris ma vie

IMPOSTURE
15 juillet, 2009, 11:37
Classé dans : Non classé

Peut-être que devant l’amour,
Je serais comme l’enfant,
Qui ouvre ses yeux tout grands,
Comme ébloui par le jour.

Je jouerais peut-être à l’homme mûr,
En faisant briller mon auréole,
Comme on cire ses chaussures,
J’aurai le premier rôle.

Je jouerais à l’homme fort,
Au dur qui n’a peur de rien,
A celui qui n’a jamais tord,
Le ridicule ne tue point.

Ou j’écrirais des poèmes,

Trop timide pour dire je t’aime,
Prenant le risque de laisser s’envoler
Ma bien-aimée au bras d’un autre chevalier.

On m’aimera pour ce que je suis,
Et si l’amour rend aveugle, tant pis,
J’aurais gâché deux vies,
Pour avoir trop joué la comédie.

 

 


13 commentaires
Laisser un commentaire

  1. Ludmilla

    En voilà un écrit que j’aime parce que les homme n’exposent pas souvent cette face d’eux même, c’est bien écrit, ça coule, on se dit que oui, si on a pas connu l’amour alors on l’imagine forcément… de façon erronée, puis quand on est amoureux, alors là… on sait et le questionnement se déplace… il n’est alors plus temps pour l’imposture n’est ce pas ?

  2. thierrycouprai

    Année 1980

    J’étais jeune.J’ai découvert à nouveau ce texte. Je le trouve un peu naif et comme on dit gentil. J’ai eu quelques périodes ou je ne le supportais pas, aujourd’hui ça va.On verra demain

  3. Lucaerne

    Devant l’amour, on est toujours naïf, ou alors manipulateur, mais ça, c’est du boulot. Y en a bien qui ont leur bac + 8 dans le domaine, mais bon…

    Comme la Ludmilla, elle a été trop pudique pour mettre un lien vers un de ses textes sur le sujet, je me permets, rien que pour l’embêter : http://lettresetlenez.unblog.fr/2008/02/19/69/ (non, en fait, il est trop vrai ce texte).

    Et dans ton texte à toi, j’aime l’entrelacement homme fort / petit garçon craintif. Le doute, sans cesse mêlé, emmêlé…

    Bonjour Lucaerne
    Je te remercie pour le lien pour le texte de Ludmilla. J’y suis allé aussitôt, et j’invite tout le monde à le lire.C’est simplement émouvant et magnifique. Je n’en dirais pas plus puisque j’ai laissé un commentaire.
    Thierry

  4. Ludmilla

    Merci Thierry pour ton petit mot, pour tes mots… je préfère pour ma part ce texte là : lettre pour Cristalline, qui est moins touffu, l’autre est sans doute plein de moi mais entrainer par les questions des autres, celui que je t’indique parle plus de ma philosophie de la vie, de moi à moi … entre quatre yeux… tu le trouveras ici… : http://lettresetlenez.unblog.fr/2007/11/27/lettre-pour-gaelle)
    Ludmilla

    NB: La réaction ci dessus est une réponse à un commentaire que j’ai mis sur le blog de Ludmilla. Je me suis permis de la copier pour la mettre en évidence ici.
    Thierry

  5. Laurine

    splendide éblouissant de fraîcheur de tentative d’ homme dans la vie face à l’ amour!
    j’ aime beaucoup au risque de te choquer mais si moi aussi j’ ai eu des difficultés à accepter que la poèsie de 80 a 84 plaisait c’ est parce qu’ elle est spontanée avec des mots simples et les gens aiment ce style!
    moi comme toi sommes sans doute trop compliqué,  » tarabiscotés » tortueux , des textes pour des gens déjà dans le mouvement pas pour les néophytes!!!comme me le dis un correcteur faites plus simple !
    oui mais nous sommes devenu ainsi ns avons muris!
    que veux tu moi aussi je t’ adresserais pour toi seul un poème à l’ eau de rose qui sent l’ado!
    bonne semaine gros bisous!
    merci pour la suppression des mots!
    je t’ embrasse laurine!!

  6. Douceur intemporelle

    Superbe texte d’une mise à nu pour un homme qui dévoile ces doutes ces craintes, tout en finesse et humour. Cette pointe d’humour qui colle si bien au texte. Moins facile pour un homme d’étaler ces sentiments ou de dire tout simplement « je t’aime » de tant en temps, alors pourquoi ne pas l’exprimer de cette façon là en poèsie. J’ai lu les commentaires avant, je ne trouve pas le texte naïve, bien au contraire. De toute façon, notre regard est différent à 20 ans et bien après. Bonne journée. Tendresse

  7. Thierry Couprai

    Bonsoir Tendresse

    ce n’est pas toujours évident d’avouer certaines faiblesses,mais il faut savoir faire preuve d’autodérision.
    Je n’ai jamais entendu un homme avouer ses pannes sexuelles. Cela se comprend et peut-être que les gens que j’ai rencontré n’ont jamais eu ce genre de défaillance.En 1980 date du texte, j’étais jeune et je trouvais cela cocasse d’évoquer un sujet presque tabou pour un homme. J’ai bien sûr hésité à l’écrire mais tout le monde à pris cette révélation pour de l’humour. Si je la faisais aujourd’hui peut-être que l’on me prendrait plus au sérieux.
    Bises.Thierry

  8. Thierry Couprai

    Bonsoir Laurine

    je suis heureux de ton passage sur mon blog. Comme tu le dis si bien, mes textes (je ne dis pas poèmes) sont simples. D’après les commentaires que je peux lire ici et là, je crois que c’est une façon qui plaît et qui permet d’aller droit au but dans la transmission de l’émotion.
    Mais il en faut pour tous les goûts. D’autres styles sont tout aussi attractifs.
    Je t’embrasse.
    Thierry

  9. gaellisa

    Coucou merci d’etre passée hier sur mon blog! Eh oui c’est pas simple de se remettre en question, mais je veux m’améliorée et surtout je veux que ma fille soit bien donc, je suis prete a faire des efforts meme si comme tu la souligné ca ne sera pas facile. Je sais que je vais aller a l’inverse de ma nature, mais bon, elle doit apprendre a prendre sa place de petite fille et moi a etre moins mére couveuse! lol! J’aime beaucoup la derniere partie de ton poeme, on souhaite tous etre aimer comme on est, et etre accepté tel quel! Malheureusement c’est pas si simple! Gros bisous a toi et bonne journée

  10. isabelled.monalisa

    Bonsoir Thierry,

    En tout premier merci pour ton commentaire d’hier, en effet comme l’a écrie Véro il m’a fait pleurer mais réagir alors je te remercie du fond du cœur. En effet Xavier ne voudrait pas que je baisse les bras, bien au contraire, il voudrait me voir rire, aimer à nouveau mais pour cela je sais que c’est terminé pour moi. J’ai expliqué dans « crise » sur le blog de Véro ce qu’il m’arrive, vas y tu comprendras et je peux en MP de donner plus d’explications.
    Concernant ton poème, que j’aime parce que peut d’hommes exposent cette face d’eux même, c’est très bien écrit, ça coule tout seul à la lecture, on se dit que oui il est trop réel, si on n’a pas connu l’amour alors on l’imagine obligatoirement… (Le petit garçon qui imagine et puis après, l’homme qui le constate) de façon imaginaire donc erronée rempli de doute, puis quand on est amoureux, alors là, on sait et le questionnement se déplace, tout autrement, et notre regard est différent à 15 ans et après. Et oui, pour certains hommes, dire  » Je t’aime « , n’est pas facile, et il n’est pas plus facile aussi de dévoiler ces doutes ces craintes, tout en finesse et humour, et transmette l’émotion comme tu l’as si bien fait.
    Concernant la dernière partie de ton poème, on souhaite tous être aimer comme on est, et être accepté tel quel. Malheureusement ce n’est pas si simple et crois moi je sais de quoi je parle, et pourtant comme j’aimerais à nouveau entendre cela !!!!
    Je t’embrasse affectueusement et continu à être un véritable ami pour tes proches.
    Isabelle

    Dernière publication sur le quotidien de la vie et des gifs : DEJA UN AN

  11. dounietta

    un poeme fort por la fragilité qu’il dévoile
    en amour on joue toujours un rôle mais qu’on aime vraiment c’est que le rôlr qu’on joue est nous… c’est rare mais ça existe…j’y crois
    merci pour ton adorable commentaire, tes mots on en est facilement accro!
    encore et toujours..j’aore te lire
    dounietta

    Dernière publication sur Partage du Coeur : Malheureusement ..

  12. Thierry Couprai

    Dounietta bonsoir

    J’étais jeune quand j’ai écris ce poème. Tu ressens une certaine fragilité dans ce texte. Peut-être as tu raison. Quand on est jeune, la vie ne nous as pas encore endurci. Je ne dirai pas que cela ressemble à de la naiveté, mais à un peu de fraîcheur. J’espère que je n’ai pas dépassé aujourd’hui la date de péremption
    Bises.Thierry

  13. lucaerne

    Oui, on voudrait tous être aimés pour ce que l’on est. Mais est-on prêt à aimer l’autre pour ce qu’il est, ça, c’est moins sûr. Charité ordonnée commence par soi-même, mais on ne se regarde pas souvent soi-même avec des yeux impartiaux.

    Ce que tu dis dans ta dernière strophe :
    « On m’aimera pour ce que je suis,
    Et si l’amour rend aveugle, tant pis,
    J’aurais gâché deux vies,
    Pour avoir trop joué la comédie. »

    C’est vrai, il faut y penser. On croit jouer la comédie pour protéger l’autre, mais en fait, ce sera deux vies qui en seront gâchées. Et souvent plus pour se protéger soi-même. Hypocritement.



Laisser un commentaire

poésie c'est de l'art ,prov... |
athkanna philosophie |
lechatquifume |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | aaronjosu
| lectures, actualités et photos
| Auberge-Atelier